velo

GP de la ville de Granges sur Vologne

En ce matin du 1er mai, je me prépare pour ma 1ère course cyclisme sur route de l’année, (la 2ème de ma carrière sportive (la 1ère et unique en 2010). Le ventre est noué, les jambes se dérobent, rien de bien anormal, l’inconnu en plus. Au programme 7 boucles de 10 kms, donc 4 Kms de grimpette avec 110m D+, 3 Kms de descente sinueuse et donc 3 de plat (+ ou -).
Un repas léger, de toutes façons je ne peux rien avaler, le vélo est prêt, il a juste besoin d’un peu d’échauffement.

15H00 me voilà sur la ligne de départ, en compagnie d’une vingtaine d’autres cyclistes (plus légers que moi)  mais aucun de l’UC VARANGEVILLE. Je me sens bien seul quand le départ est donné, cela part tranquille (25-30) pendant un petit Km puis dès que cela monte, alors qu’en temps normal je ralentirais l’allure, tous se mettent à pousser plus fort sur les pédales, et moi bien sûr, j’essaie de suivre…. 4Kms plus tard, à ma grande surprise je suis encore dans le paquet, un peu de plat, et voilà enfin la descente. Technique et avec un revêtement pas des plus propres, elle ne permet pas de jouer les chronos, tant pis !!! Retour sur le plat, un petit coup de cul et j’en profite pour jouer les troubles fêtes, j’appuie un peu plus fort dans le faux plat descendant et joue la 1ère place sur deux petits Kms (c’est toujours cela que j’aurais gagné). 1er tour en 17 minutes, je sais que le second sera difficile.
Dès le début de la montée, l’écart se creuse, et je prends plus de 200m de retard en à peine 4Kms. Je récupère presque le peloton avant le plat. Vent de face et seul, je maintiens mon écart, mais n’arrive pas à revenir. 2ème tour en 17 minutes, je crains le pire pour le 3ème tour.
Je me retrouve en solo, mais retrouve un autre détaché en fin de côte. Nous faisons la descente ensemble mais il ne tient pas le rythme que j’impose sur le plat. A ma grande surprise, je clos ce tour en 17 minutes (content d’être ainsi régulier)
4ème tour seul, je serre les dents, et garde une cadence régulière, et je le clos en ….18 minutes
5ème tour, la D3 partie 2 minutes après mon départ  me rattrape en haut de la côte et c’est en leur compagnie que je finis ce tour en 17 minutes.
Le 6ème tour et dernier pour la D3, est un peu plus rythmé, les attaques sont régulières. A ce rythme, je clos ce tour en 16 minutes, et je me vois terminer seul.
7ème et dernier tour, je me retrouve vite en compagnie de Renaud (l’organisateur de la sortie du WE) et de deux retardataires de la D3. Le rythme de la montée est donné par Renaud et un de mes nouveaux compagnons de route. Dans la descente je prends un peu les commandes puis sur le plat Renaud nous donne un dernier coup de pouce… A 2 Kms de l’arrivée je fais un petit baroud d’honneur à près de 50Km/h, mes 2 compagnons solidement accrochés. Puis nous accélérons un peu encore pour lâcher celui qui était toujours resté dans l’ombre, et c’est à 2 que nous finissons enfin ce GP.

2012-05-01-gp-granges.jpgJe termine un peu vidé en 20ème position, sur 24 au départ. Comme mon président (Stéphane) me l’avait sous-entendu, ce fut dur…. Mais c’est content de ma prestation que je finis, sachant qu’avec 2-3kgs de moins, j’aurais peut être pu tenir …. A confirmer.

La balade de Renaud

Samedi 28 et Dimanche 29 Avril, petite balade de plus de 300 Kms organisée de mains de maître par Renaud (du club de Gérardmer).

 Acte 1 : Départ place de la gare à 9H30 pour une 15aine de triathlètes. Les sacs de délestage empilés dans la camionnette log de Pascal, le soleil est bien présent et la température presque estivale. Nous allons gravir tour à tour, le VALTIN (1139m), le col de LOUCHBACH (979m), le col du WETTSTEIN (882), le GRAND HOHNACH (976m), les TROIS EPIS (658m), le col du SCHAENTZEl (684m), le col du FRANKENBOURG (754m) , pour un total de 150 kms. Journée au train, sans trop d’attaques, tout le monde se juge ou s’attend ….  Seulement quelques petites tentatives d’Eddy rapidement contrées par Stéphane, tel un espagnol de la grande époque et le jeune Maxime qui ne lâche rien . Arrivés en fin d’après-midi dans un charmant gîte situé à DIEBOLSHEIM  (http://gitediebolsheim.free.fr/) à quelques kilomètres de l’Allemagne.

 Acte 2 : Enfin un peu de repos, une bonne douche, et la mythique bière d’après course, un repas pour recharger les réserves (préparé avec gentillesse par Delphine). Et enfin, après quelques histoires de cyclistes…entre autres, un repos réparateur.

 Acte 3 : Le réveil pas trop matinal, un bon petit déjeuner aux confitures du Sud, et nous revoilà repartis, direction l’Allemagne en passant par le bac.

 Acte 4 : Passage obligé devant l’Europa-Parc, (Mehmet souhaitait bien y faire un tour), puis retour en France avec ses interminables drogués du klaxon !!! La 1ère partie du parcours est plutôt plate et donne prétexte à lancer des sprints à chaque pancarte d’entrée de village. A ce jeu là, je mène le début des hostilités, mais rapidement Arnaud, plus puissant me cloue sur la ligne sur les suivantes. David, en « vieux baroudeur » lui sert vite de rampe  de lancement, puis c’est autour de Philippe, en digne renard de nous prendre le maillot à pois. Retour des dénivelés, avec la montée du MARKSTEIN par la LAUCH. La route des CRETES accompagnée de grêle puis la SCHLUCHT sous la pluie, et enfin retour sur GERARDMER, pour un total de plus de 160 Kms.sortie-geromoise-2012.jpg

 Epilogue : Une bien belle balade, à refaire, avec des compagnons d’un WE, mais surtout des Géromois d’exception :  Pascal et Joël : les anciens de toutes les équipées, Philippe : le maillot à pois,  Simon : le papa en vadrouille,Stéphane : le local de l'équipe, Maxime: le jeune premier, Eddy : l'homme pressé, Christophe : le "blogeur" et le coach, Arnaud : le maillot vert, David : le baroudeur, Guillaume : la révélation, Mehmet : le boute-en-train, Coralie : la battante et Renaud : notre super organisateur.

Cuissots de cyclistes aux p’tits oignons

 Ingrédients :stage-clermont-3.jpg
- Récipient de 5 jours/6 nuits
- 3 Encadrants/Cuisiniers/Rouleurs-Grimpeurs (de bons niveaux pédagogiques et humains)
- 550 Km (plus ou moins)
- 7000 m de dénivelé

Préparation :
-  Après quelques recherches sur Internet, envoyer quelques mails, confirmer et envoyer les ares.
-  Préparer consciencieusement le matériel et la voiture.
-  Partir le dimanche matin de bonne heure direction le soleil, plus au Sud.
-  Déballer le matériel, s’installer, et faire un petit décrassage.stage-clermont-1-1.jpg

 Jour 1 :
-  Après une bonne nuit, prendre un bon petit déjeuner bien copieux.
-  Rouler sur 15 Km en tournant les jambes, jusqu’au pied d’une petite bosse de 2Km.
-  Au top, aller vite, voire très vite.
-  Sentir une légère brûlure dans les cuisses, pour enfin relâcher une fois la montée accomplie.
-  Redescendre tranquillement, puis rejoindre à allure soutenue le réfectoire.
-  Se restaurer, se reposer (sieste bien venue)
-  Repartir pour une nouvelle 15aine de Km, avec quelques montées pour pimenter.
-  Repartir vite, mais un peu moins pour 5km de côtes.
-  Sentir une brûlure aussi peu agréable que le matin, agrémentée d’un souffle saccadé.
-  Relâcher l’effort une fois le maitre cuisinier retrouvé.
-  Revenir vers le réfectoire en groupe, à allure soutenue, tout en regardant le paysage grandiose qui s’offre à nous.
-  Prendre un bon diner, pas trop lourd.
-  Assister au « débriefing » journalier, et se rendre compte du travail qui reste à accomplir.
-  Aller enfin s’endormir. 

Jour 2 :
-  Toujours après une bonne nuit, ne pas oublier le bon petit déjeuner bien copieux.
-  Prendre un petit cours théorique sur le CLM par équipe.
-  Enfourcher son bike, pour quelques Km souples, mais à peine.
-  Faire un petit tour en groupe de 8 sur terrain plat et venteux sous l’œil expert d’un maître cuisinier
-  Réaliser enfin quelques tours de se même circuit, à vitesse constante (petites accélérations bien venues, mais pas trop brusques).
-  A l’appel des 11H00, s’en retourner au réfectoire sous quelques gouttes naissantes.
-  Diner et Repos bien venus.
-  Sous un ciel menaçant, choisir entre témérité & vélo, ou sagesse & piscine. Les plus fins pourront se contenter d’un bon bouquin ou d’un programme télé.
-  Quelques heures plus tard, après que chacun se soit trempé à sa guise (bien vu le photographe avec son flash sous les trombes d’eau !!) nettoyage des vélos pour les téméraires.
-  Bon diner et briefing.
-  Dodo bien mérité. 

Jour 3 :
-  Réveil matinal, petit déjeuner bien copieux et préparation des encas .
-  Départ pour 150Km direction quelques points de vue inoubliables dont le Cirque de Navacelles. 2200 m D+
-  Sortie arrosée de quelques gouttes matinales.
-  Soleil timide l’après midi.
-  Diner et coucher sans en redemander….

Jour 4 :
-  Réveil timide, mais petit déjeuner copieux.
-  Petite sortie de récup, et reconnaissance du parcours de CLM individuel.
-  Déjeuner toujours aussi copieux et équilibré.
-  Direction le départ du test CLM
-  Rouler fort et vite sur un parcours sans dénivelé important mais caressé par les vents.
-  Retour au réfectoire en passant par le barrage si prisé par nos p’tits amis Suisses (dédicace à Jean-Mi et Christophe)
-  Diner, briefing et retour au lit.

Jour 5 :
-  Dernier réveil ou presque, suivi de notre …petit déjeuner.
-  Echauffement bon enfant.
-  Exercices de fin de course. Echappée à 2 minutes 15km avant l’arrivée.
-  Poursuite endiablée et final au sprint pour les poursuivants.
-  Retour par le barrage, après 2H00 de nouveaux paysages. 
stage-clermont-2-1.jpg

Plat à déguster en compagnie d’une vingtaine de convives venus de tout horizon cycliste sous la direction des chefs Quentin, Philippe et Nicolas pour un stage Vélo2Max (http://www.velo2max.com/) avec le soutien matériel de VéloPuissance(http://www.velopuissance.com/).

 

 

Reprise & Objectifs

La nouvelle saison avance à grands pas, et pour beaucoup la phase foncière est déjà bien avancée, mais quelques contre-temps ont retardé la mienne (normal pour des contre-temps). Presque tout étant rentré dans l'ordre, les objectifs se dessinent enfin, et mes courses m'emmèneront cette année .....
Pour le long : Le 70.3 de Belfort, l'IM de Nice, le LD du Verdon et peut-être même un second IM, plat de préférence pour me faire plaisir sur le "Chrono" (Non !!!  pas HAWAI, mais si à Nice tous les V1 veulent bien rester sur les freins ....)
Retour aussi sur du Off-Road avec l'XTERRA de Xonrupt.
Et puis nouveauté pour cette année, quelques courses vélo avec les couleurs de l'Union Cycliste Varangéville ( http://www.ucv.fr/ )

Des objectifs ambitieux, par le nombre et les distances, des objectifs qui m'obligent à plus de sérieux dans la planification de mes entrainements.
Pour la natation, 3 séances par semaine me permettront de retrouver de bonnes sensations et pourquoi pas un peu plus d'aisance.
La course à pied prendra les mêmes chemins, sûrement plus douloureux, mais c'est là que je dois progresser si je ne veux pas comme 2011 finir mes courses sans "panache".
Pour le vélo, arrive le grand changement.  Après 3 ans de "camaraderie hivernale", je quitte mon partenaire d'entrainement, qui a vieilli un peu trop et ne me permet plus de progresser. Au placard donc mon Elite Chrono Gel (merci à lui de m'avoir fait transpirer autant). Place au nouveau Elite Super Chrono Forte Wireless, un petit bijou de technologie, qui me permet de préparer des entrainements "millimétrés".

Ce qu'on monte, on doit le redescendre !!!

Profitant d'un ciel pas trop menaçant, et ma princesse partant faire un tour à cheval, j'embarque mon destrier (mon VTT) dans la voiture direction Xonrupt, avec en tête de reconnaître le début du parcours de l'XTERRA-France.
Assez casse-pattes, comme prévu... Cela grimpe, cela glisse un peu, mais surtout c'est très technique.... Bien que ce Wilier n'a rien à voir avec mon ancien 6.3, je suis tout de même obligé de poser quelques fois le pied à terre. Arrivent ensuite quelques portions roulantes, et dans l'euphorie, je roule sans trop faire attention à la cartographie, un peu perdu donc !!! Tant pis, toutes les côtes sont bonnes à grimper, et certains passages à près de 20% nécessitent de mettre tout à gauche, mais cela tient (le vélo comme le mollet) tout en restant bien assis. Et puis une fois en haut, un peu sous la pluie, c'est un paysage magnifique qui m'attend, ... , juste avant de redescendre.
Et là c'est moins drôle, des portions sont si abruptes que parfois l'arrière double l'avant, souvent en crabe, et parfois au sol. Le Km 14 m'oblige même à porter mon VTT.....
 
Au final, un peu plus de 17Km,  5 ou 6 chutes (peut-être plus...) et près de 2H00 de bonheur. Trempé, car des averses sont venues me tenir compagnie, il est temps de rentrer, en pensant déjà au WE prochain.
 

Un VTT pour grimper

Cette année, outre le "longue distance" qui gardera ma préference, je vais un peu me diversifier et gouter aux joies du triathlon vert (XTERRA) ....

L'idée trainait déjà en tête depuis quelques temps, mais mon Décat 6.3 de 5 ans d'âge limitait un peu mon départ.
Grâce à Cycles-Top (www.cycles-top.com) l'aventure va pouvoir commencer, puisque un Wilier Oropuro, capable de grimper aux arbres va m'accompagner cette année.

Un grand merci à Arsene, qui toujours à l'écoute, sort une fois de plus un vélo de qualité à un prix trés raisonnable.

 

 

 

VTT ou pousse-pousse

 Sortie VTT du 1 Nov2011  Le froid et la pluie ont pris leur quartier, la route laisse place logiquement au VTT. Mon vieux 6.3 Decath se trouve donc de sorti. Le temps est agréable (un petit 16°) mais ne connaissant pas les chemins de Granges, cela sera sans pédales auto et surtout pas très loin .... heureusement.
1ère demi-heure dans les chemins et la boue, parfois même une petite traversée aquatique où je pose pied à l'eau (jusqu'au genoux histoire de refroidir les mollet)
Puis les chemins s'élèvent par l'altitude et la difficulté.... je passe plus de temps à pousser mon vélo que lui à me porter. Déjà plus d'une heure et guère plus de 10km effectué. Il est temps de faire demi-tour, descente vertigineuse, et par deux fois l'arrière est plus pressé que l'avant.... de belles frayeurs mais point de chutes (NDLR : Thierry n'était pas là pour en rire ;-) )
Le jour disparait, je rentre. A peine une 20aine de Km pour près d'1H40....
Faudra s'y faire, le VTT ça va moins vite que le chrono ....

 

Le latex .....

Samedi 16, 10H15, pluie fine et 4°, mais les Vosges pour terrain de jeux. C'est donc parti pour une petite sortie de 2H30.
Granges/Vologne - Gérardmer, et un "pan" aigu significatif d'une explosion de chambre, mais mon vélo ne chasse pas, je jette un coups d'oeil mais il en est rien .. tant mieux. 
Direction "Bas-Rupts", sortant de Gérardmer la route devient plus propre (bein oui, il pleut) l'arrière donne des à-coups, comme un patin de frein sur une jante voilé.  Rapide examen .... contrôle plus intensif, et surprise : le pneu est sur la jante, un bout de chambre "verte" dépassant.
3 solution s'offrent à moi :
- changer la chambre, mais j'ai les mains trempé, les doigts gelés.
- continuer ma sortie en espérant que ....
- rentré (18km) en priant pour que cela tienne.

33 minutes plus tard me voilà au chaud, la chambre à air a tenue, je me demande comment (voir photos)

 

Y a pas à dire .... le latex, c'est fantastique

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site