CR Course .... à pied

Vers un nouveau Challenge

Il y a des rêves qui trottent parfois dans nos têtes de sportif, des rêves absurdes ou des rêves inaccessibles. Ce genre de rêves qui nait d’une conversation et qui grandit au fil de lectures ou de reportages. Et puis, ils grandissent jusqu’à devenir une obsession, jusqu’à ne plus savoir d’où ils viennent, mais semblant toujours insurmontables….

Courir longtemps, courir plus loin, voilà un rêve insurmontable pour un coureur de mon niveau. 3H35 sur marathon sec, et près de 80Kg, ce n’est pas les atouts pour se frotter à de l’Ultra en course à pied, mais que de belles images quand Mika parle de ses Ultras, que de bouquins feuilletés pour nourrir ce désir, alors un jour un peu plus fou, un peu moins lucide, et sur un pari avec moi-même la décision est prise…. Je ferai Aulnat, les 24H00 d’Aulnat, de plus il aura lieu les 10 et 11 novembre, date d’anniversaire de 2 de mes têtes blondes que la justice m’interdit de voir.

Place à l’entrainement, abandon de la natation ou presque, minimisation du vélo, musculation spécifique et course à pied à toutes les sauces, le plus dur étant de ralentir la vitesse sous les 10km/h en abaissant au maximum la fréquence cardiaque.
Les 6 semaines de préparation verront donc 34H00 d’entraînement en 30 séances :
- 2H00 de Natation (2 séances)
- 2H00 de Vélo (2 séances)
- 28H00 de CàP (20 séances) et surtout 300 km
- 6H00 de PPG (6 séances)
Bien sûr comme jamais rien ne se passe sans accrocs, je devrai me reposer pendant 4 jours suite à un début de périostite.

 Le jour du départ arrive souvent trop vite, et cette fois-ci ne déroge pas à la règle, j’arrive presque prêt, mais avec un grand manque de sommeil, tous me l’ont dit, pour un 24H00, il faut emmagasiner du repos pour pouvoir tenir le plus longtemps sans se reposer.

Samedi 10, à 10h00, je suis impatient, 2 paires de running au cas où la pluie s’en mêle, du NOK pour se moquer des ampoules, et un rêve, courir pour Alexis et Laureen, mais aussi pour Laurie une petite étoile partie nous éclairer trop tôt.

11H00, le départ est donné, je pars tranquille, la tête dans les nuages, heureusement sans la pluie.
4h de course, 37Km et 39ème position, mais déjà mal aux jambes... Je commence à prendre conscience de ce qui m’attend.
6h de course, à peine 50Km, 60ème et mal partout.... Ca va être dur. Petite pause oblige.
9h15 de course, 70Km et 69ème…  Je m'endors en courant, il n’est pourtant que 20H00. Je vais donc « dormir » 1h30, ça ira mieux après, ou pas !
Après 2h de pause, reprise en 79ème position, j’ai donc perdu presque 20 places.
14h30 de course, 87Km et 70ème. Impossible de courir, je marche, je piétine, les pieds chauffent...Je regarde en l’air, cherche les étoiles et les anges pour trouver la force de continuer. Il est presque 2H00 du matin, je vais me faire masser, mais je m’endors .... quelques heures.
6H00 du matin, je me réveille en sursaut, j’ai dormi près de 4h00. Du coup je suis frais et en forme, mais le temps perdu ne se rattrapera pas.
Il reste 5h00 de course.

11H00, c’est fini. 24h00 de course mais seulement 16h15 sur la piste. 117Km et 65ème position.

Je suis allé au bout, pas aussi bien que je souhaitais, mais je me suis rencontré, j’ai trouvé un peu de paix ces jours qui me sont depuis maintenant 8 ans un enfer.

L’année prochaine j’y reviens !

 

Petit cross pour la vitesse

 Un hiver sans Cross, un printemps sans trail ; autant dire que je n'ai aucune référence sur course à pieds, pas plus que de sensation....
Alors quand un cross "militaire" se présente, je n'hésite pas : 7,5km sans dénivelé sur le parcours équin du centre équestre de Metz, recouvert d'une épaisse herbe humide.
Départ rapide, 1er virage au bout de 200m et je me trouve dans le top 20. Mes appuies sont hésitant, en tête une saison de triathlon qui peine à commencer, pas le moment de se re-blesser. Je cours à 4'15, 4'20, la fréquence cardiaque est haute (185) et la bouche sèche. Le premier tour se fait à allure constante en gardant ma place. Au début du 2ème tour, toujours dans une bonne constante, je perds quelques place, mais à 3km de l'arrivée, pas question d'accrocher, pas question de prendre le risque de se blesser. A 1km, l'esprit de compétition prend le dessus et j'accélère, je double, un et deux. 300m de l'arrivée, et 100m devant moi, deux cibles. Je tente tant pis, j'envoie les "chevaux", 200 dernier mètre à 2'20 au kil, je rattrape mes prédécesseurs à 50 mètres, petit duel que je gagne in extremis.... Aucun supporter ne leur ayant crié mon retour.

Au final, 7Km 5 en 30'52,  soit 4'07 au kil...  et dans le top 20. Pas mal au vue de mon entrainement, mais surtout satisfait ..... (Espérons que cela se passe aussi bien ce WE à Epinal

 

 

La Grivrée bien boueuse

Après ma participation à la 3ème édition (sous la neige et le givre) il me semblait logique de venir me frotter une nouvelle fois à ce Trail organisé par Villerupt Jogging Espace (http://jogging.espace.free.fr/), avec le soutien de Villerupt Triathlon.

Cette année, c'est une bonne boue bien collante qui nous est réservée. La première boucle se passe au tempo prévu  : 5' au kil... mais les 6ème et 7ème kms se trouvent fort glissants et mes kilos de trop sont un handicap face au dénivelé. Je passe les premiers 8,4km en 44', un peu en deçà des prévisions. Le 2ème tour est mené plus intensément, en tous cas au niveau cardiaque. Les 300 participants ayant fait le 1er tour, ont rendu les chemins "impraticables", chaque foulée, chaque appui sont fuyants .... je perds du temps, les cuisses commencent à se manifester douloureusement. Je cherche régulièrement à relancer, mais le terrain me scotche.
Dernière ligne droite, virage à gauche et l'arrivée pointe en ligne après 1H31. C'est 5 minutes de plus qu'en 2010, mais j'y ai gagné 2 ampoules ......

Strongman's Run

Alors que nombreux sont les triathlètes messins (une 20aine) à partir à l'assaut des 42 Km du marathon des mirabelles, je suis à 11H00, à La Bresse espérant un désistement de dernière minute (mon inscription en ligne n'ayant pas abouti ....) pour pouvoir prendre le départ de cette course déjà mythique outre-Rhin et dont c'est la 1ère Edition en France.

11H30, me voilà avec le N° 951, et dans 2H00 le départ, pas le temps que monte le stress ....

13H20, 2000 cinglés s'aglutinent dans la zone de départ, ambiance de folie, les mains frappent pour se rechauffer un peu, et faire monter la pression.
C'est parti, 300 mètres de descente (plus d'une 100aine de dératés devant moi et plusieurs chûtes derrière) puis un fort retrécissement. 2 ostacles passés sans souci, et puis un peu plus de 2Km de pure course où je me fais déposer à chaque instant......
Arrivent enfin les obstacles, rodin et chicanne, mur en bois, réseau de pneus, muret, traversée boueuse et humide, mur de paille, filet d'escalade, réseau busé.... Chaque obstacle me permet de refaire un peu de mon retard.
Puis succession de fortes grimpettes et descentes tant redoutées. Les montées se font au ralenti, les descentes en mode freinage..... Sale moment pour "les gros".
Quelques obstacles de plus, pneus, boue, paille et éléctricité, une belle descente et me voila à nouveau au départ pour un 2ième tour.

Tout va bien, je suis chaud et frais (il fait à peine plus de 8°)

De nouveau 2km de course sans obstacle, mais les écarts sont faits, et moins nombreuses sont les gazelles qui me laissent qu'entrevoir les semelles boueuses de leur running (une bonne 20aine tout de même). Me voilà en compagnie de Spider-Man (ou sa doublure). Contrairement à la légende, il est un peu limite sur les obstacles et s'emmêle dans les filets..... mais il court vite, très vite.....
Nous rattrapons après seulement 9-10Km les retardataires qui n'en sont qu'à leur 4ième.... mais ils ont tous le sourire, parfois un peu crispé .....
1er bouchon sur un réseau rampé, près de 2 minutes d'attente, Je repars très vite...  je double les "vacanciers", ça fait du bien, puis 2ième bouchon 2 à 3 minutes de file d'attente, je joue un peu des coudes .... ça a du bon d'être "gros"

Dernière grande descente sans freinage et me voilà sous la tente d'arrivée.... Une ambiance folle.
1H08, une médaille, quelques félicitations, des sourires, et content que cela soit finit.  Et enfin son sourire, son regard ....

178ème sur 2000, 27ème V1, promis j'y retourne ; et si vous souhaitez vivre quelque chose de différent, un grand moment d'humour dans une course et un dépassement de soi, alors vous y serez aussi.... à La Bresse, l'année prochaine ou M. CHARBONNIER et les siens nous préparent déjà une belle fête.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site