Blog

La balade de Renaud

Samedi 28 et Dimanche 29 Avril, petite balade de plus de 300 Kms organisée de mains de maître par Renaud (du club de Gérardmer).

 Acte 1 : Départ place de la gare à 9H30 pour une 15aine de triathlètes. Les sacs de délestage empilés dans la camionnette log de Pascal, le soleil est bien présent et la température presque estivale. Nous allons gravir tour à tour, le VALTIN (1139m), le col de LOUCHBACH (979m), le col du WETTSTEIN (882), le GRAND HOHNACH (976m), les TROIS EPIS (658m), le col du SCHAENTZEl (684m), le col du FRANKENBOURG (754m) , pour un total de 150 kms. Journée au train, sans trop d’attaques, tout le monde se juge ou s’attend ….  Seulement quelques petites tentatives d’Eddy rapidement contrées par Stéphane, tel un espagnol de la grande époque et le jeune Maxime qui ne lâche rien . Arrivés en fin d’après-midi dans un charmant gîte situé à DIEBOLSHEIM  (http://gitediebolsheim.free.fr/) à quelques kilomètres de l’Allemagne.

 Acte 2 : Enfin un peu de repos, une bonne douche, et la mythique bière d’après course, un repas pour recharger les réserves (préparé avec gentillesse par Delphine). Et enfin, après quelques histoires de cyclistes…entre autres, un repos réparateur.

 Acte 3 : Le réveil pas trop matinal, un bon petit déjeuner aux confitures du Sud, et nous revoilà repartis, direction l’Allemagne en passant par le bac.

 Acte 4 : Passage obligé devant l’Europa-Parc, (Mehmet souhaitait bien y faire un tour), puis retour en France avec ses interminables drogués du klaxon !!! La 1ère partie du parcours est plutôt plate et donne prétexte à lancer des sprints à chaque pancarte d’entrée de village. A ce jeu là, je mène le début des hostilités, mais rapidement Arnaud, plus puissant me cloue sur la ligne sur les suivantes. David, en « vieux baroudeur » lui sert vite de rampe  de lancement, puis c’est autour de Philippe, en digne renard de nous prendre le maillot à pois. Retour des dénivelés, avec la montée du MARKSTEIN par la LAUCH. La route des CRETES accompagnée de grêle puis la SCHLUCHT sous la pluie, et enfin retour sur GERARDMER, pour un total de plus de 160 Kms.sortie-geromoise-2012.jpg

 Epilogue : Une bien belle balade, à refaire, avec des compagnons d’un WE, mais surtout des Géromois d’exception :  Pascal et Joël : les anciens de toutes les équipées, Philippe : le maillot à pois,  Simon : le papa en vadrouille,Stéphane : le local de l'équipe, Maxime: le jeune premier, Eddy : l'homme pressé, Christophe : le "blogeur" et le coach, Arnaud : le maillot vert, David : le baroudeur, Guillaume : la révélation, Mehmet : le boute-en-train, Coralie : la battante et Renaud : notre super organisateur.

Cuissots de cyclistes aux p’tits oignons

 Ingrédients :stage-clermont-3.jpg
- Récipient de 5 jours/6 nuits
- 3 Encadrants/Cuisiniers/Rouleurs-Grimpeurs (de bons niveaux pédagogiques et humains)
- 550 Km (plus ou moins)
- 7000 m de dénivelé

Préparation :
-  Après quelques recherches sur Internet, envoyer quelques mails, confirmer et envoyer les ares.
-  Préparer consciencieusement le matériel et la voiture.
-  Partir le dimanche matin de bonne heure direction le soleil, plus au Sud.
-  Déballer le matériel, s’installer, et faire un petit décrassage.stage-clermont-1-1.jpg

 Jour 1 :
-  Après une bonne nuit, prendre un bon petit déjeuner bien copieux.
-  Rouler sur 15 Km en tournant les jambes, jusqu’au pied d’une petite bosse de 2Km.
-  Au top, aller vite, voire très vite.
-  Sentir une légère brûlure dans les cuisses, pour enfin relâcher une fois la montée accomplie.
-  Redescendre tranquillement, puis rejoindre à allure soutenue le réfectoire.
-  Se restaurer, se reposer (sieste bien venue)
-  Repartir pour une nouvelle 15aine de Km, avec quelques montées pour pimenter.
-  Repartir vite, mais un peu moins pour 5km de côtes.
-  Sentir une brûlure aussi peu agréable que le matin, agrémentée d’un souffle saccadé.
-  Relâcher l’effort une fois le maitre cuisinier retrouvé.
-  Revenir vers le réfectoire en groupe, à allure soutenue, tout en regardant le paysage grandiose qui s’offre à nous.
-  Prendre un bon diner, pas trop lourd.
-  Assister au « débriefing » journalier, et se rendre compte du travail qui reste à accomplir.
-  Aller enfin s’endormir. 

Jour 2 :
-  Toujours après une bonne nuit, ne pas oublier le bon petit déjeuner bien copieux.
-  Prendre un petit cours théorique sur le CLM par équipe.
-  Enfourcher son bike, pour quelques Km souples, mais à peine.
-  Faire un petit tour en groupe de 8 sur terrain plat et venteux sous l’œil expert d’un maître cuisinier
-  Réaliser enfin quelques tours de se même circuit, à vitesse constante (petites accélérations bien venues, mais pas trop brusques).
-  A l’appel des 11H00, s’en retourner au réfectoire sous quelques gouttes naissantes.
-  Diner et Repos bien venus.
-  Sous un ciel menaçant, choisir entre témérité & vélo, ou sagesse & piscine. Les plus fins pourront se contenter d’un bon bouquin ou d’un programme télé.
-  Quelques heures plus tard, après que chacun se soit trempé à sa guise (bien vu le photographe avec son flash sous les trombes d’eau !!) nettoyage des vélos pour les téméraires.
-  Bon diner et briefing.
-  Dodo bien mérité. 

Jour 3 :
-  Réveil matinal, petit déjeuner bien copieux et préparation des encas .
-  Départ pour 150Km direction quelques points de vue inoubliables dont le Cirque de Navacelles. 2200 m D+
-  Sortie arrosée de quelques gouttes matinales.
-  Soleil timide l’après midi.
-  Diner et coucher sans en redemander….

Jour 4 :
-  Réveil timide, mais petit déjeuner copieux.
-  Petite sortie de récup, et reconnaissance du parcours de CLM individuel.
-  Déjeuner toujours aussi copieux et équilibré.
-  Direction le départ du test CLM
-  Rouler fort et vite sur un parcours sans dénivelé important mais caressé par les vents.
-  Retour au réfectoire en passant par le barrage si prisé par nos p’tits amis Suisses (dédicace à Jean-Mi et Christophe)
-  Diner, briefing et retour au lit.

Jour 5 :
-  Dernier réveil ou presque, suivi de notre …petit déjeuner.
-  Echauffement bon enfant.
-  Exercices de fin de course. Echappée à 2 minutes 15km avant l’arrivée.
-  Poursuite endiablée et final au sprint pour les poursuivants.
-  Retour par le barrage, après 2H00 de nouveaux paysages. 
stage-clermont-2-1.jpg

Plat à déguster en compagnie d’une vingtaine de convives venus de tout horizon cycliste sous la direction des chefs Quentin, Philippe et Nicolas pour un stage Vélo2Max (http://www.velo2max.com/) avec le soutien matériel de VéloPuissance(http://www.velopuissance.com/).

 

 

En mars, ça repart

L’image est facile, mais cela montre enfin un mois raisonnable, tant au niveau du temps passé que de la qualité et cela malgré une semaine un peu vide au niveau entrainement suite au travail.
Cela faisait bien longtemps que je n’avais pu mettre tant d’heures au compteur, soit 37H30 en 37 séances :
- 17,5Km de natation en 7H00 (8 séances)
- 500Km de Vélo en 16H30 (14 séances dont 3 de HT et 2 de VTT)
- 90Km de course à pied en 7H45 (8 séances)
- 11Km skating en 1H15 (1 séance)
- 4H45 de PPG (6 séances)
Avec cela se termine dans une semaine ma phase foncière, un peu en retard sur mes prévisions, mais les bases sont là.
Direction dans 10 jours le soleil pour une petite semaine de stage orienté vélo, et je commencerai au retour le spécifique et les enchainements. Cela ne sera pas du luxe, car le premier Duathlon de ce WE faisait mal aux jambes ….

Triche & Saucisson

Une forme de triche dans beaucoup de sports de ballon, c’est l’anti jeu ! Et bien ce mode d’expression anti-sport arrive enfin dans notre sport, en « Bike & Run » pour être plus précis.
Le but du jeu est simple, on peut soit bloquer un vététiste adverse en l’empêchant de doubler dans les parties étroites, soit au moment d’une transition bloquer un autre coureur, voire déposer son vélo sur celui d’un autre ou même en plein milieu du chemin dans un virage en haut d’une bosse.
Il y a aussi une méthode très footballistique (un peu comme le tirage de maillot) qui consiste lorsque l’on est en vélo, de prendre le petit côté de la route et de bousculer un peu le coureur à pied adverse pour l’obliger à ralentir. Dommage quand ce coureur fait plus de 80 kg mais manœuvre tel le félin d’un bon de coté. La sanction est sans appel, le vélo glisse par perte de l’appui forcé, et sur bitume humide, c’est la chute un peu plus loin.

Le « Bike & Run » consiste  en une bonne gestion des qualités des 2 coureurs. Les gagnants sont ceux qui possèdent un bon niveau physique et technique VTT, et qui s’appuient sur la connaissance l’un de l’autre…. Par sur un appui forcé des autres équipes, ni sur la recherche d’handicap.
Et l’arbitrage dans tout cela, difficile quand il n’y a qu’ 1 arbitre pour gérer la course….sinon, c’est carton ROUGE !

Ce WE, c’était le Bike & Run de Remiremont, un superbe parcours, technique, boueux, physique et roulant…. Un savant mélange de ce que l’on cherche sur ce genre de courses. Avec Coralie, nous finissons 2nd en vétéran mixte (36ème au scratch) à l’arrache, mais devant ceux qui ont une  mentalité peu sportive, sur une simple course régional , pour seulement  10 points …..

bikerun-2012-remiremont.jpg

Mensonge, profit et calomnie ....

Que d’événements en ce début d’année dans notre petit monde du triathlon. Que de choses à analyser et à débattre, non comme en politique un monde de fausses promesses et "c’est pas moi c’est l’autre",  mais cela s'y rapproche fortement. Il serait sportif de se taire, de ne pas relever, mais à un moment il est plus fort que moi, ce petit démon qui sur mon épaule me chuchote : « mais gueule une bonne fois !!! ».

Acte 1 : le cas Sergio SILVA.
Loin de moi l’envie de le juger, car il n’y a pas matière à le faire. J’ai croisé l’homme, et si j’emploie ce mot, c’est que j’en mesure le poids. Serviable, humain, souriant et avec un superbe esprit d’équipe. 

Scène 1 :
Son explication tient très bien la route (communiqué de presse : http://metz-triathlon.com/index.php?option=com_content&view=article&id=669:communique-officiel-de-metz-triathlon-suspension-sergio-silva&catid=26:flux-rss&Itemid=109), et il m’étonne qu’au lieu de le montrer du doigt, les instances ne fassent des analyses sur les compléments pris par Sergio, et qui sont en vente « libre » en tant que compléments sportifs, sans aucun besoin de passer en pharmacie.
Mieux que cela, ces mêmes instances font un communiqué le 23 avril, incitant ces licenciés à courir sans compléments, ceux-ci n’étant pas sans risques et n’ayant pas prouvé leurs « efficacités » (http://www.fftri.com/attention-aux-complements-alimentaires).
Que dois-je donc penser quand je lis de ces mêmes instances qui me vantent les mérites d’ISOSTAR : … vous aide à dépasser vos limites. …. Recherche d’efficacité (ou optimisation de la performance),  …  (http://www.fftri.com/node/4802).

Scène 2 :
Que penser de notre nouvel athlète-politicien, Benoit NICOLAS, qui profite de la suspension de Sergio pour prendre la 3ème marche des mondiaux de duathlon, en crachant au passage :  « C'est mieux qu'être 4e avec un dopé devant, c'est sûr…. »  (http://www.vo2.fr/actualite/dopage-dopage-benoit-nicolas-devient-medaille-de-bronze-aux-championnats-du-monde-de-duathlon-17022012-4556.html) . Se vantant même de ne prendre que « du pain, du riz, de l'eau »
Alors pour faire un peu journaliste ….même pas un peu d’ISOSTAR, c’est la Fédération qui va pas être contente !!!

Epilogue :  
Le triathlon deviendrait-il une annexe de notre gouvernement ?….mensonges, profit et calomnies. J’ose espérer que NON, laissons ces vices aux cols blancs et appliquons-nous à un sport propre dans ses actes et dans ses mots.

PS :  Je souhaite un bon retour sur les plus hautes marches à un duathlète d’exception.

Gel, Virus et manque

Février n’aura pas épargné le nord-est, et personnellement m’aura cloué 4 jours au lit avec un beau virus. Suivi, il va de soit, d’une dizaine de
jours à s’en remettre. L’entrainement qui avait pris le bon chemin s’en trouve donc un peu bousculé puisque ce mois ne totalise que 25H en 21 séances :
- 10,5Km de natation en 4H00 (5 séances)
- 100Km de Vélo en 3H30 (6 séances que de HT)
- 56Km de course à pied en 5H45 (5 séances)
- 50Km de randonnée en raquette et en skating en 11H45 (5 séances)

Comme chaque début d’année, les petits problèmes ne m’épargnent pas, mais comme tous. Je me console en préférant les avoir à cette époque qu’en pleine saison.

Mars commence bien, de bonnes sensations dues pour beaucoup à ma nouvelle source d’inspiration, « Cyclisme moderne » de Patrick MALLET, un livre à mettre entre toutes les mains, surtout dans celles qui restent des heures en selle « monotone », mais aussi un livre que l’on peut aussi décliner pour la course à pied.

test-puissance.jpgTest puissance du 03 fevrier

Ca commence bien doucement

Encore moins vite que 2011, 2012 démare très lentement.  
Janvier arrive péniblement à 24H en 27 séances :
- 10,5Km de natation en 4H30 (6 séances)
- 130Km de Vélo en 5H00 (8 séances que de HT)
- 42Km de VTT en 4H00 (2 séances)
- 91Km de course à pieds en 8H30 (9 séances)
- 2H00 de PPG (2 séances)

Un début d'année un peu timide mais après une trêve une peu longue c'est surement plus sage ainsi. Seul satisfaction, la CàP, qui doit être mon cheval de bataille en ce début d'année, a pris un bon départ.

Reprise & Objectifs

La nouvelle saison avance à grands pas, et pour beaucoup la phase foncière est déjà bien avancée, mais quelques contre-temps ont retardé la mienne (normal pour des contre-temps). Presque tout étant rentré dans l'ordre, les objectifs se dessinent enfin, et mes courses m'emmèneront cette année .....
Pour le long : Le 70.3 de Belfort, l'IM de Nice, le LD du Verdon et peut-être même un second IM, plat de préférence pour me faire plaisir sur le "Chrono" (Non !!!  pas HAWAI, mais si à Nice tous les V1 veulent bien rester sur les freins ....)
Retour aussi sur du Off-Road avec l'XTERRA de Xonrupt.
Et puis nouveauté pour cette année, quelques courses vélo avec les couleurs de l'Union Cycliste Varangéville ( http://www.ucv.fr/ )

Des objectifs ambitieux, par le nombre et les distances, des objectifs qui m'obligent à plus de sérieux dans la planification de mes entrainements.
Pour la natation, 3 séances par semaine me permettront de retrouver de bonnes sensations et pourquoi pas un peu plus d'aisance.
La course à pied prendra les mêmes chemins, sûrement plus douloureux, mais c'est là que je dois progresser si je ne veux pas comme 2011 finir mes courses sans "panache".
Pour le vélo, arrive le grand changement.  Après 3 ans de "camaraderie hivernale", je quitte mon partenaire d'entrainement, qui a vieilli un peu trop et ne me permet plus de progresser. Au placard donc mon Elite Chrono Gel (merci à lui de m'avoir fait transpirer autant). Place au nouveau Elite Super Chrono Forte Wireless, un petit bijou de technologie, qui me permet de préparer des entrainements "millimétrés".

2012

Akemashite omedetô.bonne-annee-2012.jpg
A tous une bonne saison, et surtout la santé pour l'accomplir!

Lire la suite

Rétrospective 2011

Dans quelques heures, une année de plus va se terminer, une page de plus à tourner. Bien que cela fait quelques mois que tous nous nous penchons sur la saison 2012, il est temps aussi pour moi de mettre cela par écrit.
Cette année ne fût pas dans l'ensemble une succession de réussites, loin de là. Ce fût même le contraire, même si j'ai (je crois) progressé dans chacune de nos 3 disciplines, le contrôle sur course ne fût pas à la hauteur.

Le premier échec fût Embrun, où j'ai confirmé en natation, fort sur le vélo, je me suis endormi lors du marathon. Portant en forme, je finis ce challenge à peine entamé (Preuve en est avec le Col de l'Izoard, les 2 faces du Galibier, le col de la  Croix de Fer et l'Alpes d'Huez effectués sur les 5 journées suivantes après seulement une journée de récup !!!)
Idem pour le 70.3 de Gérardmer, où c'est encore en course à pied que je piétine.....

Apres cela donc 3 mois de remise en question, peu d'entrainement (voire pas ...), et après une semaine passée dans le SUD, et de bonnes sorties vélo, le gout d'y revennir est là.....

Au revoir 2011.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site