Blog

Retour

Un petit point de situation après un trop long silence. Comme dirait Florent : « on a tous nos vies à faire, à s’occuper de nos affaires respectives, on dérive …. » C’est de cette dérive qu’il faut revenir, de ces affaires qui ne sont pas les miennes et qui m’occupe plus que les miennes. J’ai beau me dire que STOP, penses un peu à toi, mais l’empathie l’emporte et je fais passer les projets des autres avant les miens et au résultat je n’avance plus, je régresse et on me le reproche.
Alors c’est le temps de remettre la machine en route, car à force d’échec on finit soit par s’assoir soit par se révolter. Une révolte contre moi-même, parce que j’ai abandonné ce que je suis. Je suis triathlète, je suis un soldat de l’effort, je vis de mes limites que je rencontre …. Et depuis bien longtemps je suis en mode petit joueur tranquille.
Donc après un IM à VICHY catastrophique, après 5mois d’absence pour cause professionnel, après 2 mois de douce reprise, 3 trails sans résultats à ma hauteur, c’est le réveil, le choc frontal avec une réalité : on ne peut pas aller loin en restant assis.
J’ai les outils pour le faire : un nouveau club avec une bonne structure d’entrainement : le CLERMONT-TRIATHLON, et pas mal d’objectif : le France LD de BAUDREIX, les Frances militaires de triathlon et de trail et pour clore la saison l’EVERGREEN.Retour à l'Entrainement2016

Mise au point et on verra

9 Mois, c’est souvent le temps d’une construction, mais c’est aussi le temps des galères, celui des missions qui n’en finissent pas, des blessures à répétitions, et c’est le temps qui passe.

A moins de 20 jours de VICHY, rendez-vous de cette saison, faire le point de celle-ci est des plus faciles, des plus rapides…..

Une année comme on en voudrait pas, et pourtant quand elle arrive il faut bien serrer les dents et l’accepter …. Rien n’aura été épargné : Grippe (la vraie qui te laisse plus de 15 jours au lit sans pouvoir bouger), fracture de côtes, ligaments abimés, entorse du coude, pour la situation médical et des « conn…. » qui font péter la planète pour le professionnel.

 Avec cela c’est surement ma plus mauvaise préparation depuis 10 ans ; seul réussite, battre mon record su marathon à Marseille avec un temps de 3h36 et en pleine mission ce n’était pas chose acquise.

Je vais donc croire que je peux récidiver et faire de sorte que  cet IM m’apporte un nouveau record….2015 en travaux

 

MALLORCA

3 mois et demi, c’est ce qu’il me restait pour préparer sérieusement  l’IM de MAJORQUE. Dans l’absolu c’était suffisant, mais c’était sans compter sur le mauvais temps, les manœuvres et autres impératifs professionnels. Mais ne nous plaignons pas, ne cherchons pas d’excuses, car « les excuses c’est comme les trous du c.., tout le monde en a et cela pu ! »

L’entrainement fut ce qu’il fut, et a réellement commencé en Août, en s’appliquant sur la diversité et la qualité (merci au passage au livre de Guy HERMELIN « de 0 à 226 Kms » et celui de Patrick MALLET « Cyclisme moderne »). Il fut surtout orienté Vélo et Course à pied, la piscine n’étant pas accessible comme je l’aurais voulu.

C’est donc l’esprit serein et conscient de mon niveau de préparation que je prends l’avion pour MAJORQUE pour espérer passer sous les 11H00 et battre ainsi mon record.
Arrivé le mardi, sur une île magnifique, restée un peu sauvage, et qui fin septembre offre aux nombreux touristes encore présents des températures forte agréables, qui seront responsables d’une natation sans combinaison. Et là cela commence mal !!!!

Dès mercredi, passage au village IM pour le retrait des dossards, une belle organisation, des « bénévoles » (tous ne le sont pas, certains sont payés par la société IM) très avenants et une ville qui nous accueille avec le sourire. Cela me rappelle un peu FRANKFORT !!!
Dossard, bonnet, divers sacs (le Bleu, le Blanc et le Rouge) et autres en poche, je fais un tour sur la plage, histoire de nager un peu sans combinaison. Je suis agréablement surpris, l’eau est porteuse, presque autant que si j’avais la néoprène. Tant mieux, je suis un peu rassuré….

Jeudi, petit reconnaissance vélo de la difficulté qui nous attend dans 2 jours, le col de FEMENIA, 8 km de montée à plus de 6%. Cela passe plutôt bien près de 18 de moyenne.

Vendredi matin petit running de 45’ avec 20’ à 4.45, de bonnes sensations.  Puis dans l’après-midi dépôt du vélo, où j’espère croiser mes anciens copains d’entrainement de Metz-Triathlon…. Mais ce sera pour une prochaine fois, le jour de la course sûrement.

Une nuit encore courte, un peu comme à la rentrée des classes quand j’étais plus jeune (c’était certes il y a longtemps, mais je m’en rappelle !!!)
5H20 réveil, petit déjeuner, dernier étirement et concentration. 20 ‘ de marche pour arriver au parc. Contrôle du vélo, pression, etc ….
7H15 petit échauffement dans une eau claire malgré le jour qui se lève à peine. Un fond d’à peine 3 mètres et déjà les poissons sont en activité…..

7H30 départ des Pro hommes, 7H32, celui des Pro femmes.
7H35, c’est à nous, 2 boucles, bouées à droite, je pars donc à gauche pour ne pas trop être chahuté. Le niveau est élevé, cela nage vite, je reste à mon rythme pendant une 20aine de minutes, puis je m’accroche à un groupe, j’avance bien, mal aux épaules, mais elles ne serviront pas sur le vélo, alors je reste au contact.  50’, sortie australienne pour moi et je crois entendre que les premiers sont déjà en train d’en finir.  Je cours vite dans l’eau et sur le sable pour changer de groupe, je replonge, dans les jambes d’une nageuse que je ne lâcherai pas, tant mieux pour le chrono, tant pis pour mes bras. 1H13, je sors de l’eau, content, très content même, seulement 5 ‘ de plus que mon meilleur temps, mais surtout 13’ de mieux que mon dernier IM sans combinaison.

Transition toujours aussi longue, plus de 10min, mais je ne suis pas le seul à chercher mes repères sous une des 3 tentes…. Penser à bien se rincer, se graisser, et enfin le vélo en main.

Le vélo, mon tiers préféré, le parcours est roulant pour la 1ère partie, puis la partie montagneuse et les 40 derniers Km roulant dans les terres.
Le début est identique à la carte, avec peu de vent, je roule fort, 36 de moyenne sur les 15 premiers Km. Arrive ensuite 7 Km à 4 – 5 %, ou je m’efforce de tenir ma cadence, mais je chute à 25, et le moral en prend un coup quand je croise les 1ers qui roulent en wagon, et en descente forcement…. Mais ce sera mon tour, d’être dans la descente dans une 10aine de Km.  Demi-tour, la descente attendue pour un peu se reposer, mais 42 de moyenne tout de même sur les 7 Km. Retour sur ALCUDIA, vent de ¾, toujours le moral, je suis dans mes prédictions à vélo, et j’ai pour m’aider un espagnol qui lui aussi roule plus vite qu’il doit nager. Nous nous relayons tout en faisant attention de garder le 10 m obligatoire, ce qui n’est pas le cas de tous…. Mais les arbitres ne sont pas assez nombreux, et difficile de se faire entendre sur des routes étroites avec autant de triathlètes.
Fin de la 1ère boucle, 97 Km en 2h50, près de 35 de moyenne, je suis au-dessus de ce que je pensais. J’ai le moral gonflé à bloc, et même le fort vent le long de la mer, pas plus que le col reconnu 2 jours auparavant ne m’inquiètent. Je roule toujours aussi fort, je double encore par paquet,  je sais que j’ai les jambes….
J’arrive en haut du col de FEMENIA, le sourire encore bien ancré, grand plateau, petit pignon, je décide de continuer à appuyer fort sur les pédales. Mais surprise quant au bout de moins d’un Km, la route remonte sur plus d’1 Km, et une fois de plus encore sur 2 Km. J’avais mal lu la carte, trop content d’avoir le Jeudi monté ce col sans difficultés. Cela a fortement entamé ma moyenne, alors la longue descente de près de 12 Km se fait à fond, plus de 55 de moyenne avec des pointes à plus de 75 dans les lignes droites. Avant la dernière petite difficulté d’1 Km à 4%, je suis à 4H50 de route pour 160 Km, soit 33,3 de moyenne, je suis encore dans les temps …..
Mais cela ne dure pas, la route est en très mauvais état, et le vent de face, je me couche au mieux sur le prolongateur, mais c’est à peine si je tiens le 28, seule compensation morale, je double encore, des wagons, des files indiennes …..
Le parc arrive enfin, 5H48 pour 182 Km, c’est 2Km de plus, mais c’est surtout 10 minutes de trop, et j’ai tapé dans les réserves… Au passage, je compte rapidement les V2 (Dossard de 1850 à 2200)  plus de 30, sur même pas 2Km des 9 que compte le parcours ….. Même en courant très très fort, la qualification ne sera pas pour cette fois.

Transition 2, je m’applique à tout bien faire, je graisse mes pieds, mes chaussettes propres, mes manchons, mes gels et mon courage….

1er  km en 5’, tout va bien. 2ème en 4’57, ça va fort, 3ème en 5’30 avec ravitaillement, c’est OK. 4ème en 5, … Tout « roule » bien sur le 1er tour de 9Km, j’y croise Romu (collègue Messin) qui m’annonce l’abandon d’Olivier (autre collègue messin). Je passe en 47’ soit 5’13 au Km que du bonheur.
2ème tour en 50’, je suis gonflé à bloc, les cuisses font mal, mais j'ai croisé Sylvio (encore un collègue Messin …. METZ-TRI toujours en force et en nombre), il a moins de 2 Km d’avance sur ce tour (car il a un tour d’avance), il est dans le dur, je me dois de le rattraper, de lui « botter les fesses » pour l’encourager.
Avant la fin du troisième je le rattrape, petite tape de réconfort, l’un pour l’autre, il est fatigué mais la fin est dans moins de 6Km pour lui. Je boucle ce tour en 54’, je perds un peu de temps, mais les jambes sont lourdes.
4ème tour en 1 heure soit 6’40 au Km, j’ai mal aux jambes, toujours soif, et sûrement comme tous, du mal à avaler. Je ne passerai pas sous les 4H00
Il reste plus que 6Km 200. Je serre les dents, au moins battre mon record …. 40’ plus tard la ligne, la délivrance, le bonheur…. 4H13 pour mon marathon…. Nouveau record.

11H39 d’effort, seulement  2 minutes de plus qu’à FRANKFORT en 2010. Bien que n’étant pas passé sous les 11H00, je prends 2 nouveaux records, Celui de la natation en mer (mais aussi sans combi) et celui du marathon, malgré beaucoup d’efforts faits sur le vélo.

Satisfait en fin de compte, je n’ai pas l’entrainement pour faire mieux. Pas assez de natation, pas assez de fond. Je ne mérite pas de faire mieux, mais je ne me contente pas de cela, j’en prends note ……
Im majorqueUn IM de plus, le 5ème, mais surtout celui qui m’a donné le plus de plaisir, par son organisation, ses spectateurs aussi chaleureux qu’en Allemagne, et son climat, juste un peu trop chaud …..

 

 

 

4 mois un peu maigres ...

4 mois après mon retour en métropole, le bilan est bien maigre :

147 H et 119 séances – donc une moyenne de 36 H pour 29 séances
- 29Km de natation en 12H00 (17  séances / 4 séances par mois)
- 770Km de vélo en 30H00 (19 séances / 5 séances par mois)
- 275Km de VTT en 17H30 (11 séances / 3 séances par mois)
- 375Km de course à pied en 35H00 (38 séances /  10 séances par mois)
- 200Km de randonnée en montagne en 35H00 (8  séances  / 2 séances par mois)
- 19H00 de PPG (26  séances  / 7 séances par mois).

Un début d’année professionnelle qui m’éloigne encore des chemins de l’entrainement, et cela semble ne pas vouloir changer d’ici peu… Il faudra chercher chaque occasion pour aller se dépenser, car en plus d’un manque flagrant d’exercice, c’est avec l’âge, de l’embonpoint qui s’installe.

Heureusement pour l’instant juin a bien commencé. En espérant que le travail ne sera pas trop tardif ni trop peu quantitatif, car la mi-juillet arrive très vite et avec lui mon 1er IM de la saison.

Debut 2014
Il ne reste plus qu’à être confiant et à garder le sourire (et espérer perdre quelque kilo ….)

Retour

Après plus de 6 mois de mise en parenthèse (raison professionnelle), retour enfin sur les routes qui mènent au triple-effort.Retour2014L’envie est là, bien présente, avec plein d’objectif en tête, peut être trop même. Mais qu’importe les choix se feront au fur et à mesure de l’avancé de cette saison…. Mais le fil de celle-ci sera orienté vers le long, avec dans la mesure du possible un objectif prioritaire le 26 septembre.

Compter debout, Arrêt de l'arbitre et Réflexion

Il y a des décisions que l’on ne devrait jamais prendre, mais l’on essaie quand même, sait-on jamais, sur un malentendu … Mais en réalité cela passe rarement.

Ce dimanche fut celui d’une mauvaise décision, celle de prendre le départ du triathlon LD de Saint-Rémy-sur-Durolle. Malgré les 15 jours de terrain à ne dormir que 5 heures maxi par nuit, Malgré les températures extérieures ne dépassant pas les 10°, Malgré les pluies d’automne bien installées, Malgré les giboulées de Mars un peu en retard, Malgré un flagrant manque d’entrainement, à pied, à vélo, en natation, …quoique la natation par 8° fut annulée.

Dimanche, 10H00, prise de dossard sans stress, et moins d’une centaine de vélos dans le parc !!!
Départ donné pour 7,4 Km de course à pied, rapide, un peu trop peut-être. 4’10 au 1er tour et déjà plus de 200 m de retard sur la tête de course, 2ème et 3ème tour à 4’17 c’est largement suffisant, 4ème et dernier tour à 4’25 à l’économie car le parcours vélo n’est pas de tout repos. J’entre dans le parc en 32 minutes, transition souple, veste, gants d’hiver et sur-chaussures, et c’est parti pour 2 tours de 40 Km avec un peu plus de 800 m D+.
Les 1ers kilomètres sont plaisants malgré le pourcentage. Je pars en chasse d’un petit détachement que je rattrape dès la 1ère descente, puis c’est le petit jeu de « suis-moi si tu peux »…. Je serre les dents pour ne pas perdre de distance dès que la pente prend plus de 4%, je donne le rythme sur le plat et m’évade un peu sur les courbes descendantes mais repris dès les forts pourcentages. L’avantage de ce petit jeu est que nous roulons à plus de 28 de moyenne sur un parcours bien accidenté.
Mais au 35ème Km, je le paie cash : en danseuse dans un passage à 8% une douloureuse crampe me rassoit sans aucun ménagement. Je laisse le groupe partir, tant pis, il me faut temporiser si je veux récupérer.
Je passe le 1er tour en 1H28, mais je crains pour la suite. Physiquement je ne me sens pas fatigué tant que je reste au train, bien assis sur ma selle, mais impossible de me mettre debout sur les pédales sans être « foudroyé » par des crampes douloureuses sur l’avant des quadriceps. Je commence sérieusement à cogiter.
Km 57, 2H25, obligé de descendre du vélo pour essayer de m’étirer pendant plus d’une dizaine de minutes.
Km 65, je me fais une raison, je suis KO technique, j’attends tranquillement un arbitre et lui remets mon dossard en lui signifiant mon arrêt, c’est mieux ainsi, je vais rentrer tranquillement, sans pressions, sans me casser.

Il y a encore 1 an, jamais je n’aurais pensé avoir cette sagesse. Le triathlon n’est plus ma route de survie, c’est juste un sport, mon sport, une passion, plus la seule, mais surtout plus ma vie. J’ai après bien des années enfin compris. Je n’ai pas à me détruire ni à fuir. Je me suis assez battu contre ce système pour des enfants qui maintenant ont l’âge de répondre à mes messages. Ce sont eux qui m’ont abandonné et qui, quoique je fasse, me reprocheront de ne pas avoir ……

Alors demain je courrai encore, mais plus pour eux, juste pour moi, pour le plaisir de courir, et pour voir à l’arrivée le sourire de celle par qui je vis aujourd’hui.ld-st-remi-2013.jpg

Et si je ne vais plus aussi vite, je n’en irai que plus loin !!!

Bien loin de l'entrainement

2 de mois de travail intense et de préparation professionnelle m’ont emmené loin du triple effort.
2 longs mois où la météo, comme dans le reste du monde, ne fut pas très clémente. 
Mais cependant 2 mois où j’accumule des heures de sport même si ce n’est pas très spécifique.

Mars, 54H et 28 séances
- 4Km de natation en 1H30 (2 séances)
- 40Km de vélo en 1H30 (2 séances que de HT)
- 40Km de VTT en 3H30 (2 séances que de HT)
- 60Km de course à pied en 5H20 (6 séances)
- 260Km de randonnée en montagne en 35H00 (8 « séances »)
- 7H00 de PPG (8 séances)

Avril, 54H et 36 séances
- 9,5Km de natation en 4H30 (6 séances)
- 35Km de vélo en 1H10 (2 séances que de HT)
- 65Km de VTT en 6H10 (3 séances que de HT)
- 135Km de course à pied en 12H00 (12 séances)
- 55Km de randonnée en montagne en 10H30 (3 « séances »)
- 19H00 de PPG et TIOR (10 séances)

Malheureusement, mai devrait suivre le même chemin, puisque je pars encore 2 semaines loin de la « civilisation sportive ». Au résultat, l’envie d’aller faire le 1er IronMedoc début juin, a fait place à la sagesse de me présenter au tri LD de Saint Rémy Sur Durolle. Pour l’ouverture de la saison, cela reste peut-être un peu long, mais pas bien loin de chez moi, je pourrais sûrement reconnaitre le parcours, et arrivé à un âge, ce n’est pas la distance qui inquiète, mais plus la fraicheur ….

F comme Février, ou comme Froid

Février 2012 n’avait pas épargné le Nord-Est…. Descendant plus au Sud, j’avais espéré, mais il en fut de même voire pire : des températures souvent négatives et des centimètres de neige qui blanchissaient tous mes chemins d’entrainements.

2012-02.jpgLe vélo resta donc sur ses rouleaux et même le VTT ne montra pas ses pneus dehors….et nombreuses séances de course à pied se sont transformées en Trail. L’accent fut mis aussi sur la PPG, ce qui ne peut qu’être des qualités gagnées pour la suite de la saison, et un travail intensif sur le Home trainer qui me permet de développer 290Wat de PMA alors qu’il y a 12 mois, je plafonnais à 260.
Malgré cela, ce mois de février 2013 comptabilise avec 40H en 37 séances presque le double de séances, de kilomètres et d’heures d’entrainement que février 2012 :
- 9Km de natation en 4H00 (5 séances)
- 250Km de vélo en 8H30 (12 séances que de HT)
- 110Km de course à pied en 12H15 (9 séances)
- 20Km de randonnée en montagne en 4H00 (2 séances)
- 10H00 de PPG (9 séances)

Un travail de qualité,test-puissance-2013-02.jpg

Pourvu que cela dure !!!

De bonne augure

Après 1 mois de Novembre en mode farniente, et 1 mois de Décembre pas trop vite, il fallait bien se réveiller en cette nouvelle année.
C’est des vielles douleurs qui furent les plus matinales : aponévrosite plantaire et tendinite au pied gauche. Mais cette année il en faudra plus pour me décourager… massage 3 fois par jour, « compex », et cela finira bien par passer.
C’est plus les évènements  géopolitiques, qui ont entrainé logiquement un surcoût dans mon emploi du temps professionnel, freinant ainsi mes entrainements.

Cependant je m’en sors plutôt bien avec à 36H en 31 séances :
- 2,5Km de natation en 1H15 (2 séances)
- 215Km de Vélo en 8H00 (9 séances dont 7 de HT)
- 36Km de VTT en 3H50 (2 séances)
- 115Km de course à pied en 12H30 (10 séances)
- 10H00 de PPG (8 séances)

C’est depuis mes début mon meilleur mois de Janvier, espérons que cela soit de bonne augure.
Les mois suivants devront être un peu plus sérieux côté natation, malgré la distance qui m’éloigne des piscines. Un peu de spécificité en course à pied avec les premiers trails, et dès le retour du beau temps (au moins des températures plus clémentes) des sorties en vélo plus régulières…..

2013-01-vtt-1.jpg

. 日本語 .

Je vous souhaite ce que l’on perd trop souvent.
Je vous souhaite le temps de prendre soins de vous et des autres, le temps de sourire, le temps de regarder ceux et ce qui vous entoure, le temps  de réaliser votre chemin, et celui d’accompagner un peu les vôtres sur le leur.
Je vous souhaite de prendre le temps de vivre pleinement.

Et pour vous sportifs, je vous souhaite tout en prenant du plaisir sur vos challenges de faire de bon temps.

2013.jpgAkemashite omedetô

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×